Marianne Dumas et la biomécanique du violoncelle

avec Aucun commentaire

Grâce à cet article, c’est l’occasion pour mon frère Mathieu, avec qui je travaille depuis quelques mois, de s’exprimer sur un sujet qui je pense vous intéressera. En effet, il a fait la rencontre d’une violoncelliste qui a développé une technique tout à fait particulière avec son instrument. Il a eu la bonne idée de compiler tout cela dans une interview qui nous fera tous découvrir la Biomécanique du violoncelle et Marianne Dumas.

La biomécanique du violoncelle
Découvrez la biomécanique du violoncelle avec Marianne Dumas. Crédit photo : Pierre Rich

Marianne Dumas et la biomécanique du violoncelle

J’ai eu la chance de rencontrer Marianne Dumas, par hasard, dans un restaurant français de la capitale allemande. Lorsqu’elle m’a parlé de son projet “La biomécanique du violoncelle”, j’ai tout de suite voulu en savoir plus. Je me suis également dit que cela pourrait intéresser de nombreux violoncellistes et musiciens en général. J’ai choisi de tourner cet article sous forme d’interview afin qu’elle puisse parler de son parcours et son projet de la façon la plus précise possible.

Peux-tu te présenter brièvement?

Je suis née à Bordeaux dans une famille de non musiciens, j’ai grandi sur le Bassin d’Arcachon où j’ai commencé le violoncelle. Ensuite j’ai enchainé avec les conservatoires de Bordeaux et Lyon avant de partir terminer mes études aux États-Unis avec un Master puis un Performer Diploma. Après les USA j’ai travaillé 6 ans en Espagne et je vis à Berlin depuis 2014.

Même si j’aime beaucoup Berlin, après 20 ans d’expatriation, je pense de plus en plus à rentrer en France. J’aime autant l’orchestre que la musique de chambre et l’enseignement.

Peux-tu nous expliquer ton parcours professionnel

J’ai commencé à travailler tôt, parallèlement à mes études, donner des cours, faire de l’événementiel ainsi que des remplacements dans des orchestres aux États-Unis. J’ai ensuite enchainé beaucoup de concours d’orchestre mais mon mental me faisait défaut lorsque j’arrivais en finale…

Pendant cette période j’ai travaillé en Espagne avec l’Orchestre de Castilla y Leon ainsi que l’Opéra de Madrid. Parallèlement, je jouais en sonate et continuais l’enseignement. En 2014 j’ai décidé de préparer un disque pour violoncelle seul et faire une pause avec les concours et l’orchestre. Je voulais passer un autre cap dans mon niveau, atteindre une complète liberté d’expression. Pour cela, je suis partie à Berlin, le pays de JS Bach ! Je me suis rendue compte qu’en poussant les basses, le violoncelle sonnait mieux, de cette découverte j’ai fait des recherches sur l’origine du violoncelle, sa physique, la mécanique du son, et la technique.

Ce projet que je pensais faire en un an s’est développé, j’ai depuis enregistré les 6 Suites de Bach, réalisé une nouvelle édition des Suites (à paraitre). Actuellement je suis dans une deuxième année d’études de médecine. Je fais cela en parallèle de ma carrière musicale afin de mieux comprendre le corps humain et le mouvement. Je souhaite terminer ce projet avec une publication sur la technique et le son du violoncelle que j’appelle La biomécanique du violoncelle.

Peux-tu nous parler de la biomécanique du violoncelle?

Je me suis inspirée du tennis, un sport que j’ai beaucoup pratiqué et que j’aime suivre. Dans celui-ci, la technique est indispensable, bien-sûr, mais elle s’allie avec le choix d’un cadre et la tension d’une corde, ainsi qu’un fort mental. De ce fait, si vous prêtez l’oreille lors d’un match, vous entendrez que la balle a un son différent selon les joueurs. C’est en fait parce que chaque sportif adapte sa raquette à son type de frappe.

La biomécanique au violoncelle c’est tendre vers un geste, un montage, et un mental optimal afin de pouvoir s’exprimer en toute liberté au travers de l’instrument. C’est savoir utiliser et trouver le poids et le mouvement sans se faire de mal.

C’est le geste qui fait la technique – il y a des lois physiques à respecter (la vibration de la corde) mais, une fois que les deux sont compris, on peut alors personnaliser le montage du violoncelle en fonction du son désir, et de son jeu.

Je travaille aussi avec les violoncellistes blessés ou en douleur, cela peut nous arriver à n’importe quel moment de notre carrière, il y a des solutions !

Voici une vidéo d’introduction à la biomécanique du violoncelle

À quel type de violoncelliste sont destinés tes cours?

À tous les violoncellistes, amateurs et professionnels. En fait, je m’adapte suivant les besoins de chacun. Parmi ceux qui travaillent avec moi, cela va de débutant à violoncellistes professionnels y compris des solistes.

N’habitant pas en France, est-il possible de donner des cours à distance?

Oui, je travaille en ligne avec des violoncellistes de partout, à Londres, Singapour, au Canada, États-Unis, Amérique Latine… mais aussi en personne à Berlin. Les résultats sont tout aussi bons qu’en personne.

Mais pour ce qui est de la France, je suis quand même très régulièrement dans le Sud-ouest. Ce qui me permet aussi d’y donner des cours.

Quel est le retour de tes élèves sur l’apprentissage de la biomécanique du violoncelle?

Très satisfaits, et cela fait plaisir ! Ils disent d’ailleurs souvent cette phrase « Je comprends maintenant le pourquoi et comment».

Pour finir, quelles sont tes cordes et tes colophanes préférées?

Mes cordes préférées sont des cordes prototypes développées par Gerold Genssler de Tempera strings à Berlin. Elles ont les qualités et la richesse harmonique des cordes en boyau avec la puissance et la facilité de jeu du métal. En plus, elles durent longtemps.

Sinon, suivant le répertoire que je joue pour La et Ré :

Pour Sol et Do :

Pour la colophane :

Violoncelle Marianne Dumas

Sur quel instrument joues-tu ?

J’ai deux violoncelles,

  • un baroque fait à Leipzig par Daniel König en 2011. Monté 100% baroque (cordes, chevalet, renversement, barre d’harmonie) et archet avec hausse qui se clip (celui de mon enregistrement des Suites).
  • Un violoncelle « moderne » fait en 1923 par Albert Caressa avec son montage d’origine, sans enture. (donc pas si moderne..)

Je vous invite à aller découvrir son travail sur son site internet : https://mariannedumas.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rencontrons-nous pour identifier vos besoins