fbpx

Un luthier en Corée

avec Pas de commentaire

Une nouvelle destination de choix s’est offerte à moi grâce à la magie d’Internet. C’est grâce à de nombreuses rencontres, réelles ou virtuelles, que je vous annonce que je vais m’envoler pour la Corée entre le 14 octobre et le 4 novembre 2019. À travers cet article que je vais écrire avant, pendant et après mon séjour, je vais tenter de vous retranscrire en détails les aventures d’un luthier en Corée.

Un luthier en Corée, Séoul vu par la fenêtre.
Séoul vu par la fenêtre de mon appartement.

 

Le voyage d’un luthier en Corée

Tout d’abord, si je me rends en Corée du Sud, ce n’est pas forcément pour le tourisme. Même si je ne peux nier que ce sera une expérience pour le moins dépaysante (et que dire de la nourriture...). En fait, il s’agira surtout de ce que l’on pourrait appeler un voyage d’affaire. J’irai non seulement à la rencontre des musiciens, professeurs et étudiants, mais aussi des commerçants et collectionneurs. Je leur proposerai ainsi de découvrir mes instruments, archets, accessoires et consommables qui ne sont pas encore disponibles là-bas !

D’ailleurs, si vous êtes amateurs de produits Coréens d’une qualité exceptionnelle, sachez que vous trouverez dans ma boutique les fameuses colophane Andrea.

De plus, pour en revenir au sujet, j’ai quelques projets éducatifs et humanitaires qui prennent forme et dont je n’ai pas encore eu l’occasion de parler sur le blog. Notamment, les conférences et rencontres avec les musiciens, professeurs et élèves mais aussi le projet OneUs avec l’incroyable violoniste HyoWon “Erica” Jang. Sans compter quelques événements en partenariat avec les écoles françaises et l’Institut Français de Séoul (Affaires culturelles de l’Ambassade).

Un luthier en Corée, avec la fondation OneUs
Erica, CEO de OneUs International enseignant le violon en Tanzanie.

 

Enfin, j’irai aussi à la rencontre d’anciens camarades. Il s’agit de luthiers et luthières que j’ai connu durant mes quatre années d’apprentissage en Angleterre. Beaucoup d’entre-eux travaillent maintenant à Séoul et c’est avec grand plaisir que j’aurai l’occasion de les retrouver.

 

Les luthiers de Séoul

En fait, la République de Corée du Sud est un pays déjà très fourni en luthiers natifs. Qu’ils soient fabricants ou réparateurs, beaucoup d’entre eux ont notamment appris leur métier en Europe. Que ce soit au sein d’écoles ou auprès des maîtres, ils ont développé un savoir-faire de haut niveau. C’est pourquoi il est possible de trouver des luthiers spécialisés dans les instruments à cordes frottées à travers toute la péninsule.

Dans la capitale, plus particulièrement, se trouvent concentrés de manière assez impressionnante tous les artisans et magasins de musique. Ces entreprises que l’on compte par centaines se trouvent dans un quartier huppé du sud de Séoul. Celui-ci se nomme Seocho-gu et se trouve juste à côté du célèbre Gangnam-gu (en coréen, district de la rive sud) dont vous avez surement tous entendu parler avec le tube Gangnam Style de Psy.

En fait, il est même très impressionnant de constater à quel point la lutherie européenne est populaire. De plus, les liens avec la France sont très particuliers. Leur méthode de fonctionnement est cependant très différent de celui que l’on trouve en France ou d’autres pays d’Europe. Notamment dans le système de distribution entre le fabricant et le musicien qui est nettement plus anglo-saxon.

 

Un luthier en Corée, devant le QG de Samsung.
Un luthier en Corée, devant le QG de Samsung.

 

Journal de voyage

Dans un premier temps, je publie cet article pour vous faire part de mon absence d’une durée d’environ trois semaines. De cette manière vous pourrez plus facilement vous organiser pendant mon absence. Je serai effectivement dans l’impossibilité de vous recevoir entre le vendredi 11 octobre 2019 et le mardi 5 novembre 2019 dans mon atelier strasbourgeois. Je serai toutefois en mesure de traiter certaines commandes durant cette période grâce à un peu d’organisation. Ou alors, si vous souhaitez prendre rendez-vous à Séoul, n’hésitez pas à me contacter dès maintenant.

Le journal de voyage sera quant à lui rédigé pendant mon séjour, si je trouve un peu de temps. Car je tiens à vous relater les expériences marquantes et les découvertes que je vais faire sur place. De plus, je vous invite à suivre les réseaux sociaux que j’alimenterai en temps réel (mais avec le décalage horaire).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *