Charis, l’album de Jonas Dufrêne

avec Pas de commentaire

Tout fraîchement disponible, j’ai eu la chance de recevoir ma copie de Charis, le nouvel album du violoniste Jonas Dufrêne. C’est déjà le deuxième album qu’il compose intégralement et il semble incontestablement puiser son inspiration dans ses voyages, autant musicaux que géographiques. Voici ce que j’en ai pensé.

 

Charis, le nouvel album du violoniste Jonas Dufrêne.
Charis, le nouvel album du violoniste Jonas Dufrêne.

 

Jonas Dufrêne, un violoniste nomade

Jonas s’inscrit dans la lignée de ces violonistes parcourant le monde, explorant les différentes couleurs et sonorités qui composent la globalité culturelle. Il n’hésite pour cela pas à explorer de nouvelles contrées musicales, que d’illustres aventuriers comme Jean-Luc Ponty ou Gilles Apap auraient eux-même pu suivre.

On retrouve en effet dans cette musique toute la personnalité, et même l’histoire qui a fait de Jonas ce qu’il est aujourd’hui. Son violon n’est pas attiré par la musique de chambre (au propre comme au figuré) et se fait entendre dans les endroits les plus inattendus. On ressent notamment dans ses compositions les constructions en nappes qui sont propres à l’utilisation de boucles. C’est une pratique qui va très bien avec le violon grâce aux nombreuses textures qu’il permet de créer. C’est d’ailleurs surement en jouant sa musique dans les couloirs du métro parisien (en tant que musicien accrédité) qu’il a acquis cette solide technique d’enregistrement en direct.

 

 

 

Charis, la grâce de l’orient

Charis est un projet musical multiculturel qui prend racine dans un voyage au Liban. Largement inspiré par le jazz, les musiques du monde et même le rock, Jonas Dufrêne a composé son deuxième album en y intégrant des sonorités électro et des ambiances orientales.

Issues d’univers variés, les quatre musiciens qui ont participé à l’élaboration du disque y ont imprimé toute leur personnalité. Cette combinaison se révèlent totalement au service de la démarche artistique et poétique.

Le résultat, porté par le violon de Jonas Dufrêne, ajoute à l’énergie du rock et aux ambiances électroniques (avec des samples réalisés en direct) pour entraîner le public dans un voyage entre rêve et réalité, paix et chaos : un périple dans un monde où les frontières se chevauchent.

 

L’album en bref

Voici les impressions que j’ai eu parcourant les paysages sonores décrits par l’album. Je me suis limité à des sensations plutôt qu’à des analyses techniques, mais ce sera peut-être plus parlant !

 

1 – Ouverture

Cette ouverture annonce le ton de l’album, tout d’abord sombre et presque mélancolique, menant ensuite à des frissons électroniques parsemées de petites envolées country. Une progression qui nous fait frémir au plus profond de notre être au fil des mesures.

 

violoniste jonas dufrene charis
Jonas Dufrêne tissant ses nappes de violons.

2 – Illusion

Une méditation, une respiration rythmée soutenue par des arpèges en pizzicato hypnotiques et des oscillations de synthé. Une sorte d’oasis sonore où l’on aime se reposer après avoir été trop exposé au soleil de plomb.

 

3 – Accord

D’abord, une rythmique très orientale, avec lesquelles les superpositions de violons se marient particulièrement bien. Puis, on est très rapidement propulsé dans une fusion reposante qui nous ramène dans un univers beaucoup plus occidental.

 

4 – Charis

Le pinacle de l’album, le morceau éponyme, ou inversement. Un assemblage de nappes de violon et de pianos, qui se rencontrent, se nouent puis se délient, comme autant d’être qui parcourent le flot de leurs vies respectives.

 

5 – Pul’s

Un rythme soutenu dès le début nous fait chevaucher dans les grandes étendues. Des pulsations qui donnent de plus en plus envie de se lever et de danser. Oh, oui !

 

6 – Barnum

Des voix profondes nous accueillent, presque terrifiantes, avant de nous plonger dans un univers de foire. Surement en rapport avec le barnum dont il est question.

 

7 – Katarnista

Des percussions vocales nous transportent dans un jazz-électronique chaloupé dont les racines orientales sont bien présentes.

 

 

Mon avis sur l’album

Charis est un album tout d’abord très plaisant à l’écoute. Les différentes ambiances qui sont proposées pourront vraiment plaire à de nombreux auditeurs. Je dirais même que les moins avertis en terme de musique ethnique, électro ou jazz y trouveront aussi leur compte. Enfin, on s’y replonge volontiers pour se laisser emporter par les rythmes et mélodies. Je le trouve très bien produit et bravo aux musiciens qui ont accompagné la conception de l’album, de réelles pointures.

Mon seul regret est qu’il ne dure pas plusieurs heures. J’aurais pu le glisser dans l’autoradio puis tracer la route en me laissant porter par la musique. Je pense que le côté planant et hypnotique n’est pas assez exploité, mais en même temps, je suis un fan inconditionnel de Magma qui abuse peut-être un peu trop de ce même genre. Alors il en faut pour tous les goûts !

 

Acheter l’album

Au final, si j’ai réussi à vous donner l’envie d’aller écouter et acheter l’album. Vous pouvez le faire en vous rendant à ces bonnes adresse :

Vous pouvez aussi directement soutenir et commander l’album physique sur la page Facebook de Jonas Dufrêne.

De plus, pour la sortie de cet album j’ai décidé de vous en faire gagner un ! Rendez-vous sur ma page Facebook pour plus d’informations

Laisser un commentaire