La popote du luthier

avec Pas de commentaire

La popote du luthier est un produit qui sert avant tout au nettoyage et au rafraîchissement des vernis. Dans cet article, je vais vous expliquer de quoi il s’agit, comment le fabriquer et surtout comment vous en servir. L’objectif principal est pour moi de vous sensibiliser et de mieux vous faire comprendre le nettoyage de votre instrument. C’est pourquoi, même si je vous transmets toutes les clefs pour le faire vous-même, vous réaliserez qu’il sera peut-être plus prudent de confier ce travail à une personne expérimentée.

la popote du luthier
La popote du luthier sert à débarrasser le vernis des saletés qui s’accumulent à sa surface.

A quoi sert la popote du luthier

La popote est l’un des éléments emblématiques de l’atelier de lutherie. Contrairement à ce que beaucoup pensent, cette mixture n’est pas faite pour nourrir le vernis. D’ailleurs, le vernis n’a pas besoin d’être nourri… En fait, elle permet simplement de nettoyer la couche protectrice de l’instrument et de l’en débarrasser de toutes les saletés qui peuvent le recouvrir. C’est son effet de nettoyage, mais aussi l’effet abrasif de ses composants, qui va redonner de l’éclat à toute la surface.

Toutefois, il faudra quand même utiliser la popote avec parcimonie car elle peut avoir des effets désastreux sur les violons, les altos ou les violoncelles, si elle n’est pas utilisée correctement.

 

Avertissement sur l’utilisation de la popote

Voici certains cas dans lesquels je déconseille fortement l’utilisation de la mixture décrite dans cet article :

  • Une utilisation trop régulière. Comme la popote a un pouvoir abrasif, à chaque fois que celle-ci est passée à la surface, elle enlève une couche de vernis, aussi infime soit-elle. C’est pourquoi il n’est en aucun cas question d’utiliser celle-ci de manière trop régulière.
  • Des fissures ou des décollements. En plus de fragiliser la colle animale avec l’eau (elle la ramollie) et l’éthanol (il la rend cassante), l’huile va pénétrer dans les fissures et rendre toute tentative de collage future beaucoup plus difficile.
  • Les zones où le bois est à nu et non recouvert de vernis. L’huile de lin, désépaissie par les solvants, peut rentrer plus facilement en profondeur dans les pores du bois non scellé. Contrairement aux solvants, elle ne va pas s’évaporer, mais va plutôt ajouter de la masse en profondeur. Ce qui va nuire à la vibration de l’instrument.

Vous l’aurez compris : on ne peut utiliser ce produit que sur les instruments dont on est certain qu’ils soient parfaitement sains. En fait, une simple chamoisine permettra de conserver un excellent état de propreté du vernis et permettra de ne pas à avoir recours à des procédés de ce type.

 

 

Ma recette de la popote du luthier

Voici ma recette pour la popote de luthier, même si ce n’en est qu’une parmi tant d’autres. En faisant quelques recherches vous pourrez trouver de nombreuses autres concoctions qui fonctionneront sans doute de la même manière. Il faudra cependant faire attention à ces recettes, car certaines seront très agressives et nécessiteront de grandes précautions d’emploi. Celle que je vais vous présenter n’est pas sans risques, mais elle est relativement sûre pour l’homme et l’instrument.

Voici pour commencer une présentation des ingrédients.

les ingrédients de la popote du luthier
Voici les quelques ingrédients nécessaires à la recette de la popote.

Les ingrédients

Eau distillée

L’eau est un solvant très peu agressif pour le violon, il permettra de dissoudre de nombreuses salissures. De plus, elle permettra d’adoucir l’éthanol qui serait trop agressif si utilisé tel quel.

Il faudra toutefois préférer l’eau distillée à l’eau du robinet car celle-ci est beaucoup plus éloignée de l’état de saturation. Son pouvoir nettoyant sera donc plus important.

 

Éthanol

La recette qui suit nécessite de l’éthanol pur (alcool éthylique), c’est à dire avec un pourcentage d’alcool supérieur à 99%. De plus, il faudra éviter d’utiliser un alcool modifié. L’alcool est un solvant très agressif qui va dissoudre sans mal les résines et graisses présentes sur le vernis, toutefois il peut aussi dissoudre le vernis en un instant.

Il est plutôt difficile de s’en procurer car sa vente est très réglementée.

 

Essence de térébenthine

L’essence de térébenthine est un solvant qui n’aura pas d’incidence sur le vernis. Elle pourra toutefois  dissoudre toutes les accumulations de colophane qui ne seront pas dans un état trop avancé d’oxydation.

 

Huile de lin

L’huile de lin permet tout d’abord de créer un coussin “lubrifiant” de polissage pour les différents solvants de la solution. En plus, elle permet de remplir les griffures microscopiques qui recouvrent le vernis et lui confèrent un aspect mat. De cette façon, la surface paraîtra plus brillante et uniforme.

Le choix de l’huile de lin est primordial. Pour les plus puristes, il faudrait la laver et la travailler pour lui donner la consistance nécessaire. Mais de manière générale, il faudrait faire attention à la qualité de l’huile de lin et préférer une version “bouillie” qui lui conférera un séchage plus rapide.

 

Huile essentielle de lavande aspic

Outre sa capacité de dissolution, l’huile essentielle de lavande permet aussi d’ajouter un léger parfum à la mixture. Même s’il ne s’agit que de quelques gouttes, c’est très puissant.

 

Le mélange des ingrédients

Il est primordial de respecter l’ordre du mélange des différents composants de la recette. Il faut absolument respecter cet ordre afin de ne pas causer des conflits dans la miscibilité.

  1. Mélanger d’abord 1 part d’eau distillée avec 1 part d’éthanol.
  2. Ajouter ensuite 2 parts d’essence de térébenthine.
  3. Rallonger avec juste un peu moins que 2 parts d’huile de lin.
  4. Compléter enfin avec quelques gouttes d’huile essentielle de lavande.

Les quantités sont exprimées en parts, il y a en fait 6 parts, il suffira de de faire quelques mathématiques basiques pour savoir de quelle quantité vous allez avoir besoin. Sachant que si vous ne nettoyez pas des instruments de manière journalière, une bouteille de 50 ml pourrait vous durer des dizaines d’années (moins si vous l’utilisez sur une contrebasse).

le matériel de la popote du luthier
Il ne faut pas beaucoup de matériel pour réaliser la recette : de quoi mesurer des parts, un entonnoir et des contenants…

 

Conseils de conservation

Le meilleur moyen de conserver sa popote est de la conserver dans une bouteille qui ferme bien, à l’abri du soleil et de la chaleur. Il faudra également bien penser à refermer le bouchon du contenant, même lors de l’utilisation afin d’éviter que les différents solvants ne finissent par s’évaporer. Cela permet de maintenir une efficacité maximale !

 

 

Utilisation de la popote de luthier

La popote doit être appliquée avec grande attention. Voici la méthode de base :

  • Commencer tout d’abord par secouer vivement la bouteille de popote pour créer une émulsion.
  • Appliquer ensuite une petite quantité sur un chiffon propre et doux.
  • Frotter le vernis avec des mouvements vifs en vous limitant à une petite zone. En fonction de son état d’encrassement, il faudra peut-être y revenir. En outre, le chiffon va progressivement se remplir des impuretés et il faudra déplacer la zone de frottement pour conserver une efficacité optimale.
  • Il faudra utiliser un maximum d’huile de coude afin d’assécher complètement la popote et qu’il ne reste aucun résidu gras.
  • Enfin, laisser sécher la surface le plus longtemps possible. L’objectif est de polymériser l’infime quantité restante d’huile de lin et de laisser les résidus de solvant s’évaporer. Il ne faut pas que la surface reste grasse, sinon elle risque d’accumuler encore plus rapidement la poussière.

Laisser un commentaire