Le bon luthier est un mauvais musicien ?

avec Aucun commentaire

Est-ce que vous pensez que le bon luthier est un mauvais musicien ? Personnellement, je pense que s’il était si bon, il serait sur scène et pas dans un atelier. Mais le sujet d’aujourd’hui n’est absolument pas de critiquer la profession. En fait, si j’ai envie d’écrire à ce propos, c’est à cause de tous les messages que je reçois de votre part concernant les métiers de la lutherie. Certains d’entre-vous semblent s’imaginer qu’il faut une médaille d’or du conservatoire ou bien avoir pratiqué l’instrument sur lequel voulez travailler pour être crédible. Je vais vous dire ici ce que j’en pense.

Pourquoi un bon luthier est un mauvais musicien
Pourquoi un bon luthier est un mauvais musicien ?

Pourquoi le bon luthier est un mauvais musicien ?

Pour commencer, il faut que je vous parle de ce que j’entends par le mot “luthier”. À chaque fois que je vais employer ce mot ici, il sera question de la profession qui est exercée afin de pouvoir en vivre. Donc vraiment la personne qui dédie sa vie à cet art. Et il en est de même pour les musiciens. Il n’y a évidemment aucun mal à pratiquer ces activités à titre de hobby.

Une question de mathématiques

En fait, c’est très simple, il s’agit juste d’une question de mathématiques. Chaque discipline demande un investissement en temps et en argent dont le parallèle est évident entre la lutherie et la musique. Tout d’abord, il faut se former, et pour cela s’équiper :

  • Pour le musicien, il s’agira d’un instrument et des accessoires nécessaires à son apprentissage.
  • Un luthier aura quant à lui besoin de ses propres outils et de ses matériaux.

Pour parfaire son art, chacun d’entre eux rejoindra une école, suivra l’enseignement de maîtres et passera d’innombrables heures à améliorer son geste. D’ailleurs, il est souvent question de la règle des 10.000 heures qui exprime assez bien l’échelle de grandeurs à laquelle nous nous confrontons. De plus, dans les deux cas, les outils nécessaires à la pratique vont coûter très cher.

10.000 heures de pratique, représentent 10 ans de travail à raison de 20 heures par semaine ou 5 ans à temps plein.

Les limites de l’être humain

En fait, à moins d’être un génie doublé d’un surhomme, il est assez difficile de pouvoir exceller dans plusieurs disciplines. Je ne dis pas que c’est impossible, mais il faudra sans doute faire d’énormes sacrifices. D’autant plus que les plus hautes places du podium sont inaccessibles à la plus grande majorité.

D’ailleurs, je vais vous donner quelques chiffres assez parlant. Savez-vous à quel âge le célèbre Antonio Stradivari a produit ses plus beaux instruments ? En fait, durant la période que l’on considère comme son “Âge d’Or” et qui s’acheva en 1720, il avait entre 66 et 77 ans. C’est un âge extrêmement avancé, mais qui témoigne d’une grande maîtrise du sujet. D’ailleurs, il est vraisemblable que ce soient ses fils qui réalisèrent alors la majorité du travail.

Ensuite, pour prendre l’exemple de Ray Chen, il calcule dans cet article combien d’heures de pratiques annuelle il a cumulé au cours de sa vie. Il s’agit bien sûr de son travail de pratique en dehors des cours, des répétitions et autres occupations professionnelles.

 

Le bon luthier est un mauvais musicien, mais ce n’est pas grâve

En fait, lorsque un musicien entre dans un atelier de lutherie, ce n’est pas pour écouter de la musique. Il est là pour profiter des connaissances et du savoir-faire qu’il n’a pas pu accumuler parce qu’il était trop occupé à s’entraîner et maîtriser son propre sujet. C’est pourquoi essayer de l’impressionner avec votre technique instrumentale serait assez inappropriée. Si vous pouvez faire le travail que l’on vous demande de faire à un très bon niveau, c’est amplement suffisent.

 

Un bon luthier est un mauvais musicien ?
Pour certains la batterie n’est pas un instrument. En fait, c’est vrai, il s’agit de plusieurs instruments contrôlés par un seul et même musicien.

Pourquoi j’ai décidé de ne pas être musicien

Bien sûr, je vais parler de ma propre expérience que je considère comme typique. En fait, je voulais moi aussi être musicien dans une vie qui semble tellement lointaine. J’ai passé de très nombreuses heures à travailler un instrument, répéter, monter des projets, jouer sur scène, voyager… En fait, durant un temps je pensais même pouvoir cumuler mes deux passions et vivre heureux ainsi. Finalement, l’une a pris le pas sur l’autre à un certain moment, c’était inévitable. Comme par hasard, c’est à ce moment-là que ma vie commença à changer pour me mener où je suis…

Si aujourd’hui, je peux vivre de mon métier, c’est que je m’y consacre pleinement. C’est-à-dire que c’est une partie intégrante de ma vie, invasive, obsédante et je ne peux plus m’en défaire. D’ailleurs, même s’il est évident que je sois un mauvais musicien, je n’irai pas jusqu’à dire que je suis un bon luthier, mais je fais de mon mieux. Et c’est sans doute le plus important.

 

Un cas particulier

Je connais un cas particulier : Clémentine. C’est une jeune luthière et musicienne que j’ai rencontré il y a plusieurs années. Nous avons eu plusieurs fois l’occasion de travailler ensemble et elle se débrouille plutôt pas mal à l’atelier. Elle m’a demandé plusieurs fois ce que je pensais du fait de vouloir être artiste à la fois dans la lutherie et la musique. Bien sûr, je considère que diviser ses forces n’est pas productif. D’autant plus lorsque nous avons besoin de résultats rapidement.

Mais qui suis-je pour vous dire quoi faire ? Quoi qu’il en soit, ne vous laissez surtout pas dire ce que vous pouvez ou ne pas faire.

C’est pourquoi mon conseil ultime est de faire ce que vous voulez.

 

Faut-il jouer d’un instrument pour être luthier ?

En fait, c’est ça la question à laquelle je veux répondre aujourd’hui. Car pour moi même si nous acceptons plus ou moins le fait que le bon luthier est un mauvais musicien, il est surtout important de comprendre que le luthier n’a fondamentalement pas besoin de jouer l’instrument sur lequel il travaille. Bien sûr, il doit l’étudier, le comprendre et l’apprécier, cela représente toujours un certain atout. Toutefois, il me semble vraiment hasardeux de dire qu’un excellent luthier doit également être musicien. D’ailleurs, j’en connais très peu qui le sont réellement, même si certains ont des niveaux plutôt avancés.

C’est pourquoi je voulais rassurer tous les apprentis luthiers qui ne sont pas des musiciens. Tout ce dont vous aurez besoin c’est de solides compétences en travail du bois, de la patience et de la minutie. Pour le reste, je pense que si vous n’aimez pas la musique, je pense que vous pouvez passer votre chemin car vous aller devoir constamment parler avec des personnes qui n’ont rien d’autre à faire dans la vie. Les musiciens sont de véritables geeks… Mais je vous rassure, les luthiers aussi, d’ailleurs est-ce que vous vous êtes déjà retrouvé au milieu d’une dispute à propos de la fermeté d’une cale à poncer ? Sachez que ça arrive dans un atelier de lutherie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rencontrons-nous pour identifier vos besoins