fbpx

Viole d’amour

avec Pas de commentaire

La viole d’amour est un instrument baroque qui s’apparente à la famille des violes. Ses origines sont assez mystérieuses et sont très souvent débattues mais nous tâcherons à travers cette page d’en apprendre un peu plus sur ce cousin du violon.

 

L’histoire de la viole d’amour

Origines probables de la viole d’amour

La viole d’amour est un instrument baroque d’origine européenne qui semble premièrement puiser ses inspirations dans les traditions orientales . Plusieurs indices nous orientent dans cette direction : d’abord l’utilisation du « sabre flamboyant » en guise d’ouïes qui est un symbole associé à l’Islam.  Également une des caractéristiques courante sur cette viole est l’utilisation de cordes sympathiques qui lui procure ce son si particulier. Leur usage est assez apprécié en Orient (sarangi ou sitar indien, etc…). Cependant, malgré cette légende, il m’a été rapporté que ces attributs orientaux ne seraient apparus qu’au XXe siècle.

D’autre part, le phénomène des cordes sympathiques était toutefois connu en Europe depuis longtemps. Car c’est un effet que l’on retrouve sur les cordes métalliques non étouffées d’un clavecin ou d’un clavicorde. Les anglais aurait même été très friands de ce concept et ce dès le XVIIe siècle.

De même l’instrument aurait été appelé à l’origine viole des Maures d’après ce peuple musulman originaire d’Afrique du Nord. Celui-ci s’était en effet répandu dans la péninsule ibérique, une partie de la France, les îles de Malte et la Sicile pendant la durée Moyen-Age, en propageant la culture arabe en Europe. L’appellation aurait été progressivement transformée en viole d’amour par abus de langage.

On dit aussi souvent qu’elle devrait son nom à la tête de femme aux yeux bandés garnissant la volute. En tant que symbole de la cécité que l’on attribue à l’amour.

La popularité de la viole d’amour

La popularité de la viole d’amour a commencé à croître à partir de la fin du 17ième siècle en Europe en figurant dans certaines œuvres de compositeurs de l’époque tels que : J.S Bach, Antonio Vivaldi ou Joseph Haydn. Puis, face à des orchestres de plus en plus grands et puissants, celle-ci tomba en désuétude au cours du 19ième siècle face à la famille du violon. De l’intérêt pour cet instrument renaît avec la recherche d’authenticité que l’on rencontre au 20ième siècle dans l’interprétation de la musique baroque et la re-découverte des violes qui en donnaient tout le son et le sens.

 

Les descendants

La viole d’amour a tout de même laissé une emprunte dans le paysage musical qui a perduré au fil des siècles, se traduisant principalement sur les instruments du folklore. La violetta marina ou le siné keman turc sont vraiment de très proches parents et le hardingfela norvégien ou le violon d’amour sont des violons dotés de cordes sympathiques.

 

La situation actuelle

Aujourd’hui, la viole d’amour vit de beaux jours, avec ses joueurs fantastiques qui jouent en solo ou en ensemble de chambre. De nombreuses pièces écrites sont disponibles et beaucoup de luthiers en produisent de magnifiques exemplaires. De même, de plus en plus de professeurs et de musiciens se laissent séduire dans l’apprentissage de cet instrument. Faisant de lui, plus que jamais, un digne représentant de la famille des instruments à cordes frottées.

 

 

Structure

Les violes d’amour se présentent dans de nombreuses formes et façons de jouer. Toutes ces libertés prises par les fabricants de l’ère baroque ont largement contribué au mystère qui entoure cet instrument.

Une viole d'amour sur un établi avant le vernis
Une viole d’amour sur un établi avant le vernis

Le corps

La forme d’une viole d’amour est relativement similaire à celle d’une viole et peut se présenter sous plusieurs formes :

  • Sans coins, comme une guitare.
  • Avec coins, comme une viole.

Comme les violes, cet instrument possède un fond plat, incliné en son sommet, des éclisses très hautes et parfois une rosace sur la table, juste en dessous de la touche. L’un des points qui la distinguent d’une viole est que celle-ci ne possède pas de frettes.

 

La tête

La tête de l’instrument se retrouve aussi sous différentes formes, suivant principalement deux styles. Soit une tête sculptée dotée d’une figure animale ou humaine ou alors une forme stylisée de bouclier ou de cœur. Cette partie est vraiment très libre et le cheviller, la sculpture de tête ou la touche peuvent être très ornementés ou bien dans un style plus sobre et classique.

 

Les cordes

Le nombre de cordes sur une viole d’amour varie généralement entre 6 et 14. Mais certains modèles en possèdent encore davantage. Ces cordes étaient divisées en deux catégories : les cordes jouables et les cordes sympathiques.

  • Les cordes jouables sont des cordes en boyau présentes au dessus de la touche, accordées généralement en quartes et en tierce. Leur accordage devaient s’adapter aux différentes pièces jouées par les musiciens (scordatura) avant d’être standardisé en La Ré La Ré Fa# La Ré vers la fin du 18ième siècle. Elles sont généralement au nombre de 6 ou 7.
  • Les cordes sympathiques qui passent sous la touche, sont souvent en métal. Elle vibrent par résonance avec les notes qui sont jouées, créant cet effet fantomatique particulier. Ces cordes doublent généralement les cordes de jeu.

 

Viole d’amour par Guillaume KESSLER en 2015 :

 

La fabrication de la viole d’amour

Si vous recherchez une viole d’amour, vous pourrez généralement en trouver dans mon atelier ou dans ma boutique. Chacune d’elle étant différente, il se peut que vous ayez aussi envie de vous en faire fabriquer une selon vos goûts et vos besoins. Pour cela vous pouvez visiter ma page consacrée à la fabrication des instruments dans mon atelier ou me contacter directement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *